Retour vers la page d'accueil du site des juniorsRetour vers la page d'accueil généraleL'agence en brefVotre avisDocumentationRetour vers la page d'accueil généraleAgence de l'eau Rhône-Méditérranée-Corse (site des juniors)

Les cahiers pédagogiques
Tous les thèmes
Choisissez parmi les thèmes du menu

Tous les métiers de l'eau
Tous les thèmes
Choisissez parmi les métiers pour mieux les connaîtreQuiz : testez vos connaissances

Tous les métiers de l'eau


Technicien de rivière

 ->

Gestion du milieu naturel




En quoi consiste le métier de technicien de rivière ?

Le technicien de rivière est chargé d’assister les élus dans la définition et l’élaboration de la politique de gestion des milieux aquatiques. Il constitue le relais entre les partenaires institutionnels et financiers, les élus locaux, les usagers et les riverains.
Le technicien de rivière :
  • est chargé de définir un programme d’entretien de cours d’eau ;
  • est chargé de la mise en œuvre et du suivi de ce programme ;
  • peut être amené à définir et à assurer la réalisation de travaux d’aménagement ;
  • organise et anime les réunions avec les différents acteurs concernés ;
  • effectue les démarches administratives nécessaires à la réalisation des travaux et à la passation des marchés ;
  • peut être amené à encadrer les gardes-rivières.


Comment devenir technicien de rivière ?

Les techniciens de rivière sont recrutés par les communes, les structures intercommunales, syndicats mixtes, et les conseils généraux. Le métier nécessite une formation supérieure après le bac de niveau : BTS, BTSA, DUT dans le domaine de l’eau et de la protection de l’environnement. A titre d’exemple : "BTSA Gestion et maîtrise de l’eau" ou "BTSA Gestion et protection de la nature".



Témoignage de Franck

Franck est technicien de rivière à Bonneville (74) pour le Syndicat mixte d'aménagement de l'Arve et de ses abords, organisme chargé de la gestion du contrat de rivière conclu pour l'Arve en 1995. Titulaire du bac, Franck a travaillé pendant six ans à l'Office National des Forêts (ONF) en Haute-Savoie au sein du service restauration de terrains en montagne qui s'occupe de la gestion des risques naturels (avalanches, inondations, glissements de terrain...). En 1997, il a décidé de suivre une formation de six mois de techniciens de rivière à la Maison Nationale de l'eau et de la pêche à Ornans. Début 1998, il a été recruté pour le poste de technicien de rivière qui s'est créé au sein du Syndicat mixte.

"Nous sommes une petite équipe, un chargé de mission, un attaché administratif et moi. Je suis en quelque sorte les "yeux" du Syndicat sur le terrain. Actuellement, je suis en train de définir un plan d'aménagement et de restauration de la rivière. Pour cela, je dois chiffrer les coûts des travaux d'entretien à effectuer, évaluer la faisabilité de ces travaux, organiser le chantier en collaboration avec les entreprises et prévoir les travaux à réaliser à l'avenir. J'apporte des solutions techniques sur le terrain. Nous avons lancé plusieurs études (hydrauliques, géomorphologiques, paysagères...) avant de procéder à la réalisation des travaux et je participe au suivi de ces études. Nous centralisons toutes les données obtenues auprès des différents acteurs et nous les transmettons aux bureaux d'études avec qui nous travaillons. Je suis également l'interlocuteur des services techniques, des mairies, ce qui nécessite un bon sens relationnel. Il faut notamment sensibiliser, informer, motiver les élus à l'égard de notre mission et des travaux d'aménagement nécessaires pour améliorer l'état de la rivière. Ce n'est pas toujours facile de concilier les différents intérêts en jeu : les négociations avec les riverains et les élus sont souvent très délicates. Parfois, on se trouve dans une situation de conflit mais j'essaie de trouver un arrangement qui leur convienne à tous. Sinon, le chantier peut être bloqué. Dans la phase actuelle d'étude, je passe les deux tiers de mon temps au bureau et un tiers sur le terrain mais ce sera l'inverse lorsqu'on passera à la phase de réalisation des travaux".




Haut de page