Vous êtes ici : Accueil > Grands dossiers > Réduction de la présence de pesticides dans les eaux

La réduction de la présence de pesticides dans les eaux

Photo de tournesol

Parmi les principaux polluants détectés dans les eaux des bassins Rhône-Méditerranée et de Corse, les pesticides, et notamment les herbicides, mettent en danger les milieux aquatiques et la ressource en eau destinée à l’alimentation en eau potable.
Pour atteindre le bon état des eaux, il est nécessaire d’engager des changements conséquents dans les pratiques actuelles : tous les utilisateurs de pesticides (agriculteurs, collectivités, gestionnaires d’infrastructures et particuliers) doivent se mobiliser pour mettre en œuvre des solutions alternatives sans pesticides.

 

Mobilisation pour réduire l’usage des pesticides 

Sur le plan national

  • Le ministère de l'Agriculture avec le plan Ecophyto mis en place suite au Grenelle de l’environnement, puis le plan Ecophyto 2, a pour ambition de diminuer le recours aux produits phytosanitaires. L'agence de l'eau finance les actions relevant des zones non agricoles et des captages d’eau potable.
  • Le programme « ambition bio 2017 » vise le doublement de la part des surfaces en agriculture biologique d'ici fin 2017 et parallèlement un développement de la consommation de produits biologiques.
  • La feuille de route de la deuxième conférence environnementale a notamment pour objectif de renforcer la lutte contre les pollutions liées aux nitrates et aux pesticides en mobilisant tous les leviers d'action: incitatif, réglementaire et fiscal. L'objectif visé est notamment d'élaborer et de déployer des plans d'action pour garantir la qualité de la ressource en eau sur 1000 captages prioritaires. 
 

Réglementation sur l’usage des pesticides

  • L’arrêté du 12 septembre 2006 fixe les conditions de stockage (armoire sécurisée), d’usage (vent, zones non traitées à proximité des cours d’eau…) et de manipulation des pesticides (remplissage, lavage des pulvérisateurs).
  • Les molécules les plus dangereuses sont progressivement retirées (interdiction   de l’atrazine en 2003) ou voient leur usage restreint (l’isoproturon par exemple n’est applicable qu’une fois par an et à faible dose).
  • L'arrêté du 27 juin 2011 restreint l'usage des pesticides les plus dangereux pour la santé sur les zones fréquentées par le public (parcs, jardins, terrains de sport).
  • L'usage des produits phytosanitaires* par l'Etat, les collectivités locales et établissements publics sur les espaces verts, les promenades, les forêts, et les voiries (sauf dérogations liées à la sécurité ou des sujétions disproportionnées) accessibles ou ouverts au public, sera interdit.
  • La vente, l'usage et la détention de produits phytosanitaires* par les jardiniers amateurs seront interdites à partir du 1er janvier 2019.          
  • *sauf en ce qui concerne les produits de biocontrôle, les produits à faible risque et les produits utilisables en Agriculture Biologique et les substances de base.


  • Pour aller plus loin : consultez le guide des solutions zéro pesticide du ministère de l'Environnement de l'Energie et de la Mer. Il vous aide à mettre en application les nouvelles obligations issues de la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte. 
 

 

Au niveau du bassin Rhône-Méditerranée

Pour atteindre le bon état des rivières, des nappes et des plans d’eau, le Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux préconise :

- une réduction forte et durable de l’utilisation des pesticides sur certains territoires prioritaires

la suppression des pollutions par les pesticides dans les aires d’alimentation de captage.
- la réduction pérenne de l'utilisation des pesticides toutes substances et tous milieux confondus.

   

Les moyens mis en œuvre par l’agence de l’eau

Des aides

Une redevance

Les vendeurs de pesticides sont assujettis à une redevance sur tous les produits vendus. Le montant  est plus élevé pour les pesticides les plus toxiques.

La mise en place de partenariats

L'agence de l'eau est partenaire de différents opérateurs directs ou relais du monde agricole.
En savoir plus

 

Repères

  • La mauvaise qualité physique de nos rivières et la pollution par les pesticides sont les deux premières causes de dégradation de la qualité de la faune et de la flore aquatiques.
  • Sur 214 captages d’eau potable, il faut supprimer les pollutions diffuses agricoles. 
  • Les pesticides sont utilisés par les agriculteurs (90 % des utilisations), les particuliers (9 %), ainsi que les collectivités et gestionnaires d’infrastructures (1%).
 

ECOPASS - ISO 14001 - ISO 9001

Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse • 2-4 allée de Lodz • 69363 Lyon Cedex 07
tél : 04 72 71 26 00 • fax : 04 72 71 26 01