Vous êtes ici : Accueil > Observatoire des coûts > Pollution industrielle > Coûts des traitements des rejets de substances toxiques > Traitement par Phytoremédiation

Traitement par Phytoremédiation

      

Estimation de l’investissement : coûts de référence

En France, l’application de ce type de traitement est plutôt récente. Il est surtout utilisé pour l’épuration des eaux usées domestiques (stations de capacité inférieure à 2 000 EH), en traitement tertiaire, ou pour l’aménagement de jardins filtrants. L’application de ce procédé au traitement des effluents industriels est encore peu développée, et donc avec un faible retour d’expériences pour le moment. C’est pourquoi le coût unitaire pour ce procédé n’a pas été estimé dans cette étude.

 

Définition

La phytoremédiation consiste à utiliser des plantes pour traiter ou stabiliser les polluants dans les sols, ou pour traiter les eaux usées. Suivant différents processus : dégradation, transformation, volatilisation ou stabilisation. D’une manière générale, les composés inorganiques sont immobilisés ou extraits alors que les composés organiques sont dégradés.

 

Substances concernées

En dehors des eaux usées urbaines, les polluants les plus couramment traités par phytoremédiation sont les métaux/métalloïdes ainsi que les radioéléments.

Dans le cadre de l’étude, le mercure pourrait être concerné par ce traitement.

 

Secteurs concernés 

En faisant référence à la bibliographie, les applications seraient nombreuses aux Etats-Unis et au Canada, surtout dans le domaine du traitement de sites et sols pollués ainsi qu’en dépollution de nappe. Ce procédé pourrait concerner les secteurs d’activité susceptibles de rejeter des effluents contenant des métaux ainsi que certains composés organiques.

 

 

 

Télécharger la fiche synthétique du Traitement par phytoremediation : phytoremediation.pdf - 184 k.o

ECOPASS - ISO 14001 - ISO 9001

Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse • 2-4 allée de Lodz • 69363 Lyon Cedex 07
tél : 04 72 71 26 00 • fax : 04 72 71 26 01