Vous êtes ici : Accueil > Pédag'eau > Milieux aquatiques > Les lagunes

Les lagunes

La qualité paysagère des lagunes littorales et leur richesse écologique en font un patrimoine naturel emblématique des côtes méditerranéennes et un pôle d'attraction. De nombreuses activités y sont développées : pêche, chasse, élevage d'huîtres et de moules, ornithologie, sports aquatiques...

En liaison plus ou moins directe et permanente avec la mer et les eaux continentales, la lagune est un étang d'eau saumâtre. Confiné, ce milieu aquatique réceptionne les eaux drainant le bassin versant, par l'intermédiaire des cours d'eau et/ou des canaux artificiels situés en amont. Il est également soumis aux échanges avec le milieu marin par l’intermédiaire d’un grau ou par le biais des tempêtes.

Une lagune « stocke » les apports polluants du bassin versant dans la vase et les sables qui les « relarguent » périodiquement selon les conditions climatiques (vent, températures…).
Caractérisée par un faible renouvellement des eaux, la lagune peut ainsi avoir besoin de plusieurs années pour se restaurer une fois la cause de la dégradation supprimée.

Les lagunes sous pressions

Milieu aquatique confiné et caractérisé par un faible renouvellement des eaux, la lagune est d’autant plus fragile qu’elle est soumise à différentes pressions, et notamment :

  • Les apports polluants : la lagune réceptionne, directement ou via les cours d'eau et canaux situés en amont, des pollutions urbaines (rejets de stations d'épuration des villes et ruissellement ), agricoles (pesticides, nitrates) et, plus ponctuellement, industrielles (étangs de Berre, de Bages-Sigean).
    Lorsque les pollutions sont trop importantes pour être « digérées » par la lagune, le phénomène d’eutrophisation apparaît et favorise le développement d'algues vertes et d'espèces invasives comme le cascail.
  • L'artificialisation des berges (digues, routes, infrastructures ferroviaires, portuaires… qui font que les berges des lagunes et des cours d’eau en amont ne sont plus naturelles), et l'urbanisation ont entraîné la destruction des zones humides périphériques qui jouaient un rôle important pour le bon fonctionnement des lagunes : zone d'extension en période de pluie, filtrage des apports polluants, richesse écologique...
  • La gestion hydraulique des lagunes : les apports d'eau douce liés à des aménagements en amont (hydroélectricité, canaux d'irrigation.) et les apports d'eau salée (gestion des portes de communication avec la mer) ne respectent pas forcément le rythme naturel de la lagune et sont rarement compatibles avec tous les usages (chasse, pêche…).
 

Comment protéger les lagunes littorales ?

La dégradation des lagunes soumises à différents types de pressions (pollutions urbaines, agricoles, industrielles, urbanisation…) est d’autant plus dommageable que leur restauration exige de nombreuses années.

 
Plusieurs démarches de protection doivent être entreprises :

  • adopter une approche globale à l'échelle du bassin versant en développant une politique d'aménagement du territoire qui gère les pressions démographiques, agricoles et touristiques en prenant en compte les contraintes liées à la préservation des lagunes et en organisant les usages ; 
  • renforcer les politiques de dépollution des lagunes et de leur bassin versant : réduction des pollutions urbaines, agricoles et industrielles ; 
  • définir des objectifs de qualité pour l’ensemble des milieux en contact avec les lagunes (cours d'eau, canaux…) ;
  • préserver et restaurer les zones humides ainsi que le caractère naturel des berges.
 

ECOPASS - ISO 14001 - ISO 9001

Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse • 2-4 allée de Lodz • 69363 Lyon Cedex 07
tél : 04 72 71 26 00 • fax : 04 72 71 26 01