Vous êtes ici : Accueil > Pédag'eau > Milieux aquatiques > Les milieux méditérranéens

Les milieux méditérranéens

Les milieux aquatiques méditerranéens sont soumis à deux contraintes majeures : une forte variabilité climatique d’une part, et depuis quelques décennies, une urbanisation croissante concentrée sur le littoral et les vallées alluviales.

L’alternance de pluies violentes et de périodes de sécheresse a rendu les milieux aquatiques méditerranéens très dynamiques et, en particulier, capables de « s'autorestaurer » (capacité parfois compromise par des travaux divers : digue, rétrécissement, barrage…).

Des aménagements ont été réalisés sur des cours d'eau à ressource abondante (Bas Rhône, Durance, Verdon… et Golo, Prunelli, etc. en Corse) afin d'alimenter en eau les populations concentrées sur le littoral et permettre l'exercice d'activités économiques (agriculture, production d'électricité notamment). Barrages hydrauliques, canaux et systèmes d'irrigation structurent ainsi largement le paysage. Mais ces aménagements ont leurs limites : les ressources aquatiques ne pourront répondre indéfiniment à une demande d'eau toujours croissante.
En Corse, le processus d’équipement des cours d’eau a été progressif et est appelé à se poursuivre dans les prochaines années pour mieux répondre aux besoins (notamment des régions arides).

Un territoire sous pressions

L'urbanisation croissante et la fréquentation saisonnière (tourisme et loisirs liés à l'eau) font pression sur les milieux aquatiques et la ressource en eau.

Les pointes de pollutions (tourisme d'été ou d'hiver, activités viticoles...) interviennent généralement en période d'étiage, au moment où les milieux aquatiques connaissent leurs plus faibles capacités de dilution et d'autoépuration. Des dégradations chroniques peuvent alors perturber des usages (baignade, eau potable, eaux industrielles...) ou impliquer des surcoûts importants dans le traitement des pollutions.

Vue de La Ciotat
La Ciotat (13)

Les pressions sur la quantité de ressource en eau sont également importantes :

  • les usages nombreux et parfois contradictoires sont à satisfaire dans la même période : alimentation en eau potable, hydroélectricité, tourisme, irrigation agricole, pêche…
  • des équilibres sont à trouver entre les cours d'eau d'arrière pays où l'eau est prélevée et les zones littorales où elle est consommée.

L'artificialisation du littoral (urbanisation, ports...) et la lutte contre les inondations (digues, seuils...) altèrent le bon fonctionnement des milieux aquatiques méditerranéens (par exemple : perte de biodiversité sur les secteurs très urbanisés du littoral).

 

Des enjeux pour l'avenir

Des efforts restent à faire en matière de lutte contre la pollution, notamment pour maintenir les divers usages actuels liés aux milieux aquatiques méditerranéens, et restaurer leur qualité écologique. Mais d'autres questions primordiales se posent pour ces milieux si spécifiques, en particulier :

  • Quels équilibres entre les ressources naturelles et les usages prédominants (hydroélectricité, irrigation, eau potable...) et émergents (sports d'eaux vives...), notamment en période de pénurie ?
  • Comment partager la ressource en eau dans un contexte très complexe : arbitrage entre usages, maîtrise des transferts d'eau vers le littoral ?
  • Comment restaurer le fonctionnement des milieux aquatiques ?
  • Comment assurer la cohérence du futur plan de gestion avec les plans des autres pays européens concernés par ses spécificités méditerranéennes ?
  • Quels lieux de concertation trouver pour concilier les politiques d’aménagement du territoire et les politiques de l’eau ?
 

ECOPASS - ISO 14001 - ISO 9001

Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse • 2-4 allée de Lodz • 69363 Lyon Cedex 07
tél : 04 72 71 26 00 • fax : 04 72 71 26 01