Vous êtes ici : Accueil > Pédag'eau > Milieux aquatiques > Les plans d'eau

Les plans d'eau

Bords du lac du Bourget
Lac du Bourget (73)

Naturels ou artificiels, les plans d'eau constituent des pôles d'attraction. Convoités pour de multiples usages, mais aussi pour leur seul caractère patrimonial, ce sont des milieux à forts enjeux économique et touristique.

Le bassin Rhône-Méditerranée compte de nombreux lacs naturels, parmi les plus grands d'Europe occidentale. On y trouve aussi beaucoup de plans d'eau artificiels, le plus souvent créés pour la production d'hydroélectricité, mais qui répondent aussi à d'autres usages : irrigation et eau potable... Ces étendues d'eau sont également propices au tourisme, à la baignade, à la pêche.

Caractérisé par une eau stagnante, le plan d'eau est un milieu moins oxygéné et plus sensible à la pollution que la rivière, avec un temps de renouvellement des eaux beaucoup plus long (jusqu'à plusieurs années). Concentrant une faune et une flore riches et variées, c'est un milieu particulièrement fragile qu'il convient de protéger. A titre d'exemple, pas moins de 11 ans sont nécessaires au renouvellement des eaux du lac Léman.

La préservation de la richesse écologique mais aussi d'usages, comme la baignade et la production d'eau potable, exige un niveau élevé de qualité des eaux.

Plans d’eau, pollution danger !

En raison de la lenteur de son renouvellement, le plan d'eau accumule les pollutions, et en exagère ainsi les impacts.

  • Les polluants sont constitués, pour l'essentiel, par des matières nutritives (nitrate, phosphate) que le plan d'eau reçoit, via ses affluents (appelés « tributaires ») et les eaux de ruissellement, des rejets de stations d'épuration, des engrais agricoles, du lisier. Cet apport excessif de nutriments est à l'origine de l’eutrophisation (prolifération d'algues en grande quantité) qui bouleverse l'équilibre écologique du plan d'eau, et menace parfois directement l'alimentation en eau potable et la baignade.
  • Les plans d'eau subissent aussi pour la plupart une artificialisation de leurs rives (routes, ports) et une variation de leur niveau d’eau. Ces modifications « physiques » du milieu aquatique peuvent provoquer la disparition des zones humides et des ceintures végétales associées au plan d'eau, et perturber la reproduction des poissons et des oiseaux (dénoiement des zones de frayère).
 

Prévenir, plutôt que guérir !

Photo du Lac Carrelet (38)La dégradation du plan d'eau peut intervenir très rapidement. Sa restauration en revanche exige plusieurs années voire des dizaines d'années, ce qui la rend très coûteuse et peut gêner ou empêcher l'exercice des usages pendant longtemps.
Miser sur la préservation du milieu s'avère donc préférable aux actions curatives.

Limiter les rejets de nutriments

  • en généralisant la collecte et le traitement des eaux d'égouts ;
  • en utilisant les engrais agricoles sans excès ;
  • en traitant les déjections d'animaux d'élevage ;
  • en développant le retraitement et des technologies industrielles peu polluantes.

Restaurer l'équilibre écologique

  • en maintenant des rives naturelles avec des zones humides ;
  • en adaptant les variations du niveau d'eau au rythme biologique de la faune (reproduction des poissons, niche des oiseaux.).

Ces voies de préservation des plans d'eau passent nécessairement par une entente concertée entre tous les acteurs concernés : élus, gestionnaires d'aménagements hydrauliques, agriculteurs, biologistes…

 

ECOPASS - ISO 14001 - ISO 9001

Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse • 2-4 allée de Lodz • 69363 Lyon Cedex 07
tél : 04 72 71 26 00 • fax : 04 72 71 26 01