Vous êtes ici : Accueil > Pédag'eau > Milieux aquatiques > Les rivières

Les rivières

Photo aérienne du VerdonLa rivière est un milieu aquatique fortement influencé par son bassin versant dont elle recueille les eaux de pluie et les sédiments qui forment son lit.

Elle se compose de trois éléments principaux, intimement liés les uns aux autres par les circulations d'eau :

  • le lit mineur : c'est la partie de la vallée utilisée en temps normal (en dehors des périodes de grandes eaux) pour l'écoulement des eaux de la rivière ;
  • le lit majeur : c'est la zone occupée par les eaux de la rivière au moment des crues. Forêts et prairies alluviales y abritent une faune et une flore très diversifiées ;
  • la nappe alluviale : nappe de surface en interaction forte avec le cours d'eau (alimentation, drainage, vidange).
 

En savoir plus

  • Espace de liberté (ou espace alluvial)
  • Annexes fluviales
 

Un fonctionnement perturbé

La plupart des cours d’eau ont été profondément remaniés par l’homme :

  • restructuration de la forme du lit par la construction de digues, le bétonnage des berges ou la coupure de méandre (navigation, urbanisation…) ;
  • implantation de barrages pour la production d’hydroélectricité ;
  • extraction de graviers.

Ces aménagements ont des répercussions, parfois irréversibles, sur le fonctionnement des milieux aquatiques :

  • les digues entravent la circulation d’eau entre le lit majeur, le lit mineur et la nappe alluviale en période de crue, provoquant des impacts sur la nappe (perturbation de la recharge, plus grande sensibilité aux pollutions) voire la disparition de la forêt alluviale qui joue un rôle de filtre des polluants entre le milieu terrestre et la rivière ; 
  • les barrages modifient les écoulements et le transit des sédiments qui sont essentiels au fonctionnement de la rivière ;
  • l’extraction de graviers entraîne un enfoncement du lit du cours d’eau qui peut conduire à l’assèchement des nappes et à une érosion excessive du lit et des berges menaçant alors la stabilité des ponts.


Modifié physiquement, un cours d’eau devient également plus sensible à l’eutrophisation due à certains rejets polluants.

 

Comment protéger les rivières ? 

Rétablir la physionomie naturelle des cours d’eau, mais aussi éviter l’endiguement quand il n’est pas indispensable, sont désormais nécessaires pour restaurer le bon fonctionnement des milieux aquatiques.

Globalement, il s’agit de respecter les espaces de liberté des cours d’eau, c’est-à-dire rétablir les connexions physiques naturelles du cours d’eau avec son environnement. En retrouvant son bon fonctionnement, le cours d’eau renoue avec sa capacité naturelle d’autoépuration et d’échanges avec la nappe phréatique, et favorise une plus grande diversité biologique.

Des projets de restauration physique des cours d’eau dans le bassin Rhône-Méditerranée (Drugeon, Ouche, Vistre, Rhône) se sont avérés bénéfiques, notamment en termes d’augmentation de la diversité de la flore et de la faune… Ces résultats n’auraient pas pu être atteints par la seule réduction des rejets de polluants.

 

ECOPASS - ISO 14001 - ISO 9001

Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse • 2-4 allée de Lodz • 69363 Lyon Cedex 07
tél : 04 72 71 26 00 • fax : 04 72 71 26 01