Coopération internationale

L’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, comme l’ensemble des agences de l’eau de France, a développé une politique internationale d’intervention dans les domaines de l’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène. Cette action s’inscrit pleinement dans le cadre des Objectifs du Développement Durable (ODD) développés par les Nations Unies.

UNE AMBITION FORTE DE L’AGENCE DE L’EAU

L’action internationale de l’agence est fondée sur la loi Oudin-Santini du 9 février 2005 et sur l’engagement pris au Forum Mondial de l’eau à Marseille (2012) par les Présidents des Comités de bassin, à mobiliser l’intégralité du 1% de leurs ressources autorisées par la loi.

En cohérence avec les orientations de politique étrangère en France, les agences de l’eau peuvent, au même titre que les collectivités territoriales, consacrer jusqu’à 1 % de leurs recettes à des actions de coopération et de solidarité internationale.

L’agence mobilise depuis plus de 10 ans des moyens humains et financiers en collaboration avec les acteurs de coopération et de solidarité internationale des bassins, pour faciliter l’accès de tous à une eau potable et un assainissement approprié. Cela se traduit par le financement d’infrastructures mais également par la formation des usagers et techniciens, des procédures de maintenance aux processus de Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE).  

1,8Mds de personnes dans le monde utilisent un point d’eau contaminé par des pathogènes

1/3

de la population mondiale n’a pas accès à un assainissement de base.

1000

enfants meurent chaque jour de maladies hydriques faute de bonnes conditions d’hygiène et d’assainissement

UNE ACTION STRUCTURÉE AUTOUR DE 3 AXES :

Coopération et solidarité internationale

L’agence invite toutes les collectivités territoriales des bassins Rhône-Méditerranée et Corse à se mobiliser en développant des projets d’accès à l’eau et à l’assainissement avec des partenaires de pays en développement. L’agence est en mesure d’apporter un soutien financier et technique pour mener à bien ces projets.

Les associations de solidarité et les ONG peuvent aussi bénéficier d’une aide, si au moins un maître d’ouvrage des bassins Rhône-Méditerranée et Corse participe au projet (voir critères d’éligibilité).

La mobilisation de nouvelles ressources financières, même modeste, ainsi que la valorisation de l’expérience et de l’expertise des collectivités et des associations en matière de gestion de l’eau et d’accès à l’assainissement sont précieuses.


Citernes La Réunion, Copyright Jean Faure-Brac

Accès à l’eau Copyright pseau

Coopération institutionnelle

L’agence noue des partenariats institutionnels avec des organismes de bassin étrangers ou des États. Ces coopérations visent, dans les pays partenaires, à promouvoir la gestion concertée et partenariale de l’eau, à l’échelle des bassins versants.

Elle a également pour ambition de partager aussi bien un savoir-faire technique et économique qu’un mode de gouvernance de l’eau qui a fait ses preuves en France.

La coopération institutionnelle doit servir la coopération décentralisée en favorisant l’émergence et le renforcement de projets de solidarité internationale menés à plus petites échelles.

Les aides d’urgence

En cas de catastrophe naturelle majeure avec un fort impact humanitaire, les agences de l’eau peuvent actionner un dispositif d’aide d’urgence. Ces aides sont alors allouées à des ONG spécialisées dans l’intervention d’urgence. Ce dispositif a déjà été activé après le Tsunami qui a frappé la Thaïlande et l’Indonésie (2004), le typhon Haiyan aux Philippines (2013) ou lors des séismes en Haïti (2010 et 2016) et au Népal (2015).