Réduction des pesticides dans les eaux

Selon le dernier rapport sur l’état des eaux, les pesticides, et notamment les herbicides, sont une des premières causes de dégradation de la qualité des milieux aquatiques dans les bassins Rhône-Méditerranée et Corse. Ils mettent aussi en danger la ressource destinée à l’eau potable. Engager rapidement des changements de pratiques conséquents en faveur de solutions alternatives sans pesticide est impératif. Agriculteurs, collectivités, gestionnaires d’infrastructures et particuliers sont concernés.

L’ÉTAT SE MOBILISE POUR RÉDUIRE L’USAGE DES PESTICIDES

Le ministère de l'Agriculture avec le plan Ecophyto mis en place suite au Grenelle de l’environnement, puis le plan Ecophyto 2, a pour ambition de diminuer le recours aux produits phytosanitaires.

Le programme « Ambition bio 2017 » du ministère de l’Agriculture vise le doublement de la part des surfaces en agriculture biologique d'ici fin 2017 et le développement de la consommation de produits biologiques.

La deuxième conférence environnementale en 2013, faisant suite au Grenelle de l’Environnement, a inscrit dans sa feuille de route le renforcement de la lutte contre les pollutions par les nitrates et pesticides et incite à une évolution du modèle agricole pour favoriser des modes de production utilisant pas ou peu de pesticides, dans le cadre de démarches collectives ancrées sur les territoires. Un des objectifs est notamment d'élaborer et déployer des plans d'action pour garantir la qualité de la ressource en eau sur 1000 captages prioritaires à l’échelle nationale, dont 269 sur le bassin repris dans le SDAGE Rhône Méditerranée en 2016-2021.

UN ENJEU FORT POUR LE BASSIN RHÔNE-MÉDITERRANÉE

La mauvaise qualité physique de nos rivières et la pollution par les pesticides sont les deux premières causes de dégradation de l’état des eaux sur le bassin.

150 pesticides différents retrouvés chaque année dans les eaux (sce : programme de surveillance 2016)

38nappes souterraines contaminées au-delà des normes de qualité requises pour le bon état (sce : programme de surveillance 2013)

269

captages d’eau potable  prioritaires pour la mise en place de programmes d’actions vis-à-vis des pollutions diffuses (nitrates et pesticides) (sce : SDAGE 2016-2021)

Pour atteindre le bon état des rivières, des nappes et des plans d’eau, le Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) préconise :

  • la reconquête et la préservation à long terme de la qualité des ressources utilisées pour l’alimentation en eau potable, en réduisant voire supprimant l’utilisation des pesticides,

  • la réduction pérenne de l'utilisation des pesticides toutes substances et tous milieux confondus (superficiel ou souterrain),

  • la réduction du flux de pollution par les pesticides pour protéger la mer Méditerranée conformément à la directive cadre stratégie pour le milieu marin.

tournesol et abeille - razorconcept

vegetation urbaine de nancy yana

desherbeur thermique - Marc Chatelain Bios

LES MOYENS MIS EN ŒUVRE PAR L’AGENCE DE L’EAU

Les pesticides sont utilisés par les agriculteurs (90 % des utilisations), les particuliers (9 %), ainsi que les collectivités et gestionnaires d’infrastructures (1%). L’agence de l’eau accompagne les agriculteurs et les collectivités dans leurs démarches de réduction. 

Une redevance pour limiter les ventes de pesticides

Cette redevance vise à limiter l’usage des produits phytopharmaceutiques. Elle s’applique à tous les produits vendus. Le montant est plus élevé pour les pesticides les plus toxiques.

Des aides

L’agence de l’eau accompagne les agriculteurs dans l’évolution de leurs pratiques pour limiter l’usage des produits phytosanitaires.   
En lien avec les  plans Ecophyto et Ecophyto 2, elle finance aussi les actions relevant des zones non agricoles et des captages d’eau potable, dans le cadre des actions « zéro pesticide ».

Pour en savoir plus consultez les aides.

Des partenariats, des plans spécifiques

L'agence de l'eau est partenaire de différents opérateurs directs ou relais du monde agricole.

L'agence de l'eau pilote le volet « qualité, ressource et biodiversité » du Plan Rhône. Dans ce cadre, des financements sont prévus pour encourager  les collectivités situées le long du fleuve ou en connexion avec le Rhône, à réduire, voire supprimer, l'usage des pesticides.