Le SDAGE Rhône-Méditerranée

Entrée en vigueur le 21 décembre 2015, pour une durée de 6 ans, le Schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) du bassin Rhône-Méditerranée fixe les grandes orientations d’une bonne gestion de l’eau et des milieux aquatiques sur les bassins versants du Rhône, de ses affluents et des fleuves côtiers formant le grand bassin Rhône-Méditerranée.

LE PROGRAMME DE MESURES : DES ACTIONS CONCRÈTES POUR ATTEINDRE LE BON ÉTAT DES EAUX

Il prévoit des actions à mener dans les territoires pour réduire la pollution, économiser l’eau ou restaurer les rivières. Son coût est évalué à 2,6 milliards d’euros sur 6 ans, soit environ 10% de moins que le coût des mesures du précédent SDAGE.
Grâce à ces actions, l’objectif est d’avoir 66% des masses d’eau (rivières, plans d’eau, eaux souterraines…) en bon état écologique en 2021.

LE SDAGE 2016-2021 : CELUI DE L’ADAPTATION AU CHANGEMENT CLIMATIQUE

S’adapter au changement climatique, c’est en premier lieu économiser l’eau, mieux la partager entre les différents usages et créer des ressources de substitution lorsque cela s’avère nécessaire.

C’est aussi lutter contre l’imperméabilisation des sols qui augmente les ruissellements vers les eaux de surface et réduit la recharge des nappes souterraines. Une nouvelle disposition du SDAGE incite les collectivités, dans le cadre de leurs documents d’urbanisme, à compenser l’urbanisation de nouvelles zones par la désimperméabilisation de surfaces déjà aménagées, à hauteur de 150% de la nouvelle surface imperméabilisée.

TROIS ORIENTATIONS MAJEURES

Restaurer 300 km de cours d’eau en intégrant la prévention des inondations

Le SDAGE préconise des opérations de restauration des rivières qui redonnent un cours et un fonctionnement plus naturels tout en limitant les risques d’inondations. La compétence « gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations » (GEMAPI) favorisera la mise en œuvre de ces opérations.

Préserver et restaurer les zones humides

Le SDAGE propose un objectif de compensation de destruction des zones humides à hauteur de 200 % de la surface détruite. Lorsque les fonctions des zones humides seront détruites ou altérées, il s’agira de créer des zones d’expansion des crues, de préserver la qualité des eaux ou de la biodiversité.
Le SDAGE incite à élaborer des plans de gestion stratégiques des zones humides dans les bassins versants, afin d’anticiper et d’orienter les aménagements.

Restaurer la qualité de 269 captages d’eau potable pour protéger la santé humaine

Le SDAGE demande de mettre en œuvre des plans d’action pour lutter contre les pollutions diffuses par les nitrates et les pesticides.

Il cible des secteurs d’actions prioritaires pour lutter contre les pollutions par les substances dangereuses issues des activités industrielles, des zones  urbaines et des sites et sols pollués (métaux, solvants, perturbateurs endocriniens, pesticides…). Il incite à réduire les rejets de ces substances dans les milieux aquatiques.

Pour garantir l’accès à une eau potable de qualité et en quantité suffisante pour l’avenir, il identifie des ressources stratégiques à préserver.