Étude – restauration hydromorphologique des cours d’eau

Cette étude de coûts porte sur la restauration hydromorphologique des cours d’eau.

CONTEXTE DE L’ÉTUDE

Cette étude présente des références de coûts pour la restauration hydromorphologique des cours d’eau différenciées selon les actions-types suivantes :

Références de coûts pour la restauration hydromorphologique des cours d’eau différenciées selon certaines actions-types
Action type Précisions
Passe à poissons Passes à bassins successifs et passes à ralentisseurs (ouvrage en génie civil ou bois), ascenseurs à poissons pour les ouvrages plus importants.
Ouvrage de dévalaison Barrières physiques (grilles) ou barrières comportementales (écran lumineux, sonore, électrique…) exutoires de dévalaison (by-passant l’ouvrage).
Aménagement de franchissabilité En général, plan incliné avec une forte rugosité (type rampe en enrochements) ou mise en place de blocs faisant office de « pré-barrages ».
Abaissement de l’ouvrage en travers Arasement partiel de l’ouvrage ; l’abaissement de l’ouvrage peut concerner toute la largeur de l’ouvrage ou seulement une partie (centrale par exemple).
Contournement d’ouvrage en travers « Bras » ou « rivière de contournement » ; chenal d’écoulement en dérivation de l’ouvrage en travers, ayant une configuration proche du naturel 
Effacement de l’ouvrage en travers Destruction totale de l’ouvrage en travers ; le démantèlement peut nécessiter des techniques variées
Diversification des habitats du lit mineur Au sein du lit mineur : pose de blocs, banquettes végétalisées, épis déflecteurs, caches… ; associant, si possible, plantations en rives et berges.
Découverture d’un cours d’eau Remise à ciel ouvert d’un cours d’eau enterré ; suppression d’un (long) busage d’un petit cours d’eau rural ; démantèlement d’un tronçon canalisé et couvert en milieu urbain
Remodelage du lit dans l’Espace de Bon Fonctionnement (EBF) Au sein de l’espace de bon fonctionnement : reméandrage, recréation/déplacement de lit, ré-ouverture de bras de divagation,…,associant reconstitution de la ripisylve, diversification des habitats, et si possible, reconnexion d’annexes fluviales…
Ouvrage favorisant une reprise d’érosion Épi déflecteur permettant de générer une érosion de berge pour favoriser la fourniture sédimentaire
Suppression de contraintes latérales Arasement de digues, merlons ou remblais pour restaurer des champs d’expansion ; suppression de protections de berges ou de remblais pour restaurer des espaces de mobilité
Installation d’un organe mobile Vanne de fond permettant de restaurer une transparence sédimentaire sur un ouvrage bloquant le transport solide
Traitement d’atterrissement Interventions sur la végétation et/ou les sédiments pour redynamiser des bancs d’alluvions ayant tendance à se fixer : débroussaillage ; essartement ; scarification ; labourage ; ouverture de bras…
Seuils de stabilisation du lit Seuils de fond (« préventifs ») pour bloquer un processus d’abaissement du lit ; seuils curatifs pour rehausser le niveau d’un lit incisé (avec réinjection de matériaux généralement…).
Curage de matériaux (gestion sédimentaire Enlèvement de matériaux non remobilisables par les crues ; maintien d’une capacité hydraulique minimale vis-à-vis d’enjeux socio-économiques forts vulnérables aux inondations ; dragage d’un cours d’eau navigable ; dégravement mécanique d’une retenue.
Réinjection de matériaux (gestion sédimentaire) Apports de sédiments pour rehausser le fond du lit d’un cours d’eau incisé ou reconstituer un matelas alluvial favorable aux milieux aquatiques
Reconstitution de la ripisylve Plantation de végétaux (essences herbacées, arbustives et arborées) du pied au haut de talus de berge et sur une largeur minimale de quelques mètres
Restauration d’annexes fluviales Grand cours d’eau : recreusement ou remise en connexion avec le lit vif, d’un bras mort ou autre zone humide annexe ; Petits cours d’eau (adoux, ruisseaux phréatiques) : réouverture du milieu (coupe, enlèvement de bois mort, voire léger curage), enlèvement d’ouvrages responsables d’une déconnection hydrique (buses,…)
Restauration de zones humides riveraines par rebouchage de drains Sur zone humide riveraine (marais ou prairie humide) ayant subi un drainage : rebouchage des drains complet ou ponctuel (par mise en place de « bouchons ».)

INDICATEUR PHYSIQUE ÉCONOMIQUE

Le tableau ci-dessous présente les différents indicateurs retenus pour les statistiques.

Actions types en fonction des différents indicateurs
Action type Principaux indicateurs techniques retenus (pour une liaison au coût**)
Passe à poissons Hauteur ouvrage Matériau principal Largeur plein bord Espèce cible
Ouvrage de dévalaison Hauteur ouvrage Travaux sur la grille Module au droit de l’obstacle Espèce cible
Aménagement de franchissabilité (alternative à la passe à poissons, ex. pré-barrages) Hauteur ouvrage Matériau principal Largeur plein bord Espèce cible
Abaissement de l’ouvrage en travers Hauteur ouvrage + d’arasement Matériau principal Largeur d’intervention sur ouvrage Largeur plein bord
Contournement d’ouvrage en travers Hauteur ouvrage Largeur bras contournement Pente bras contournement Longueur bras contournement
Effacement de l’ouvrage en travers Largeur ouvrage Hauteur ouvrage Matériau principal  
Diversification des habitats du lit mineur Longueur tronçon Largeur plein bord Pente du tronçon  
Découverture d’un cours d’eau Linéaire tronçon Largeur plein bord Pente du tronçon Débit plein bord
Remodelage du lit dans l’Espace de Bon Fonctionnement (EBF) Linéaire initial de chenal Linéaire final de chenal Largeur plein bord Largeur emprise foncière
Suppression de contraintes latérales Volume de matériau déplacé Linéaire et hauteur de berge concernée Matériau principal Distance d’exportation
Installation d’un organe mobile Hauteur ouvrage Section de la vanne Débitance de la vanne  
Traitement d’atterrissement Surface d’atterrissement Ampleur du traitement Volumes déplacés  
Seuils de stabilisation du lit Largeur plein bord Pente ou longueur du tronçon Nombre d’ouvrages Hauteur incision traitée
Curage de matériaux (gestion sédimentaire) Volumes extraits Distance d’exportation Valorisation des matériaux  
Réinjection de matériaux Volumes apportés Distance d’importation    
Reconstitution de la ripisylve Linéaire de berges revégétalisées Largeur de la bande revégétalisée Largeur plein bord Distance à la pépinière
Restauration d’annexes fluviales Surface annexe restaurée Linéaire d’annexe restaurée Volume de matériau extrait Distance d’exportation
Restauration de zones humides riveraines par rebouchage de drains Nombre de drains rebouchés Section moyenne des drains Linéaire de fossé/drain rebouché

 

** D'autres indicateurs importants sont : éventuels travaux préalables importants de déforestation, de démantèlement de protections minérales ou le besoin éventuel de traitement de décontamination des matériaux extraits.

COÛTS DE RÉFÉRENCE :

Ces coûts s'entendent pour les actions-types telles que définies dans le tableau précédent. Quelques précisions sur les paramètres :

  • Le contexte du projet est un paramètre déterminant dans de nombreux cas, le milieu urbain étant plus contraint que les sites intermédiaires ou ruraux, les travaux sont souvent plus complexes et plus coûteux. Il a été défini par la description de l'environnement :

    • des travaux dans une zone urbaine ou bien dans un bourg de village sont considérés comme de contexte urbain,

    • le contexte rural recouvre un environnement agricole ou forestier,

    • tandis que le contexte intermédiaire correspond à un contexte rural contraint c'est-à-dire un cours d'eau à proximité immédiate d'une route ou dans une forêt très peu accessible ou en montagne.

  • La taille de l'ouvrage (seuil) et son accessibilité sont importants dans le chiffrage. est un paramètre important notamment dans le cas d’un effacement.

  • Concernant la découverture d'un cours d'eau, il y a trois coûts de référence pour différencier les cas de simple débusage qui sont des travaux peu ambitieux, et les cas très complexes dans des milieux extrêmement contraints (références de cours d’eau en région parisienne). La majorité des projets analysés sont des découvertures de cours d’eau modeste en milieu rural ou intermédiaire, un coût unitaire concernant cette catégorie a donc été basé sur les statistiques et les dires d’experts.

Les coûts de référence présentés ne comprennent pas les coûts des études, de l'installation de chantier, de la maîtrise d'œuvre, de l'acquisition foncière, ainsi que les coûts annexes comme par exemple le suivi post-travaux ou la valorisation notamment touristique du site.

Actions types en fonction des différents indicateurs
Action type Coût de référence Fourchette Fiabilité
Passe à poissons 50 000 €/m de chute 20 000 à 80 000 €/m de chut Moyenne
Ouvrage de dévalaison 39 000 €/m de chute 26 000 à 51 000 €/m de chute Moyenne
Aménagement de franchissabilité 36 000 €/m de chute 20 000 à 50 000 €/m de chute Moyenne à bonne
Abaissement de l’ouvrage en travers
(ouvrage en enrochement)
20 000 €/m d’arasement 10 000 à 30 000 €/m d’arasement Bonne
Abaissement de l’ouvrage en travers
(ouvrage en béton et maçonnerie)
70 000 €/m d’arasement 20 000 à 120 000 €/m d’arasement Moyenne
Contournement d’ouvrage en travers 25 000 €/m de chute 15 000 à 60 000 €/m de chute Moyenne
Effacement de l’ouvrage en travers
(ouvrage de taille modeste)
Pas de coût proposé 5 000 à 30 000 €/m de chute Moyenne
Effacement de l’ouvrage en travers
(cas plus complexe ou conséquent
Pas de coût proposé 50 000 à 150 000 €/m de chute Faible
Diversification des habitats du lit mineur
(contexte rural/intermédiaire)
100 €/m  30 à 300 €/ml Faible à moyenne
Diversification des habitats du lit mineur
(contexte urbain /cas complexe)
500 €/ml 300 à 1 000 €/ml

Faible à moyenne

Diversification des habitats du lit mineur 60 €/m2 de surface 30 à 150 €/m2 Faible
Découverture d’un cours d’eau
(cas simple)
120 €/ml 100 à 150 €/ml Moyenne
Découverture d’un cours d’eau
(cas intermédiaire)
550 €/ml 450 à 600 €/ml Bonne
Découverture d’un cours d’eau
(cas complexe)
Plus de 1000 €/ml Plus de 1000 €/ml Faible
Remodelage du lit dans l’EBF
(contexte rural à intermédiaire)
400 €/ml 200 à 600 €/ml Moyenne
Remodelage du lit dans l’EBF
(contexte urbain)
1 200 €/ml 600 à 2 000 €/ml Moyenne à bonne
Suppression de contraintes latérales
(arasement merlons, digues simples)
20 €/m3 10 à 30 €/m3 Moyenne à bonne
Suppression de contraintes latérales
(enlèvements d’enrochements)
45 €/m3 30 à 60 €/m3 Moyenne à bonne
Suppression de contraintes latérales 650 €/ml 400 à 900 €/ml Moyenne
Installation d’un organe mobile 45 000 €/m 15 000 à 60 000 €/m Très faible

Traitement d'atterrissement

(simple scarification...)

1 €/m² 0,5 à 1,5 €/m²  Bonne
Seuils de stabilisation du lit 15 000 €/ seuil/m de largeur plein bord 8 000 à 25 000 €/ seuil/m Faible
Curage de matériaux
(sans exportation et volume moyen)
7 €/m3 de matériau extrait 3 à 10 €/m3 Bonne
Réinjection de matériaux
(cas simples et/ou gros volumes)
10 €/m3 2 à 18 €/m3 Faible à moyenne
Réinjection de matériaux
(cas complexes)
50 €/m3 30 à 70 €/m3 Faible à moyenne
Reconstitution de la ripisylve 20 €/ml de berge revégétalisée 10 à 30 €/ml Moyenne à bonne
Restauration d’annexes fluviales
(contexte rural)

170 €/ml /

10 €/m2

120 à 230 €/ml /

5 à 15 €/m2

Moyenne
Restauration de zones humides riveraines par rebouchage de drains 100 €/ml de drains 20 à 220 €/ml Faible

Ces coûts de référence sont des valeurs guide moyenne. Afin d’aider au mieux au dimensionnement des coûts et à la compréhension de leurs variabilité, un outil existe et permet la consultation de la base de données qui a servi à l'élaboration de ces coûts de référence. Cet outil peut servir à affiner les coûts de référence en fonction des caractéristiques des projets qu'il présente et du projet envisagé.

ORIGINE DES DONNÉES : ÉTUDE ÉCONOMIQUE

Année de l’étude : 2014

Auteur : groupement de bureaux d'étude Ecodecision / EMA Conseil / Eau et Territoires

Sources : la base de données des projets est celle des projets financés par l'agence de l'eau depuis 2011 complétée par l'étude de Burgeap de 2011, des fiches du recueil hydromorphologique de l'ONEMA national et des projets de dévalaison étudiés par l'ONEMA Rhône Alpes (recensés dans la base de données Osace).

Les données des projets manquant de précisions ont été complétées par les résultats d’enquêtes auprès des maîtres d'ouvrages. La base de données recense au final 381 actions.

 

Vous pouvez aussi être intéressés par